17 Juillet 1865

17 Juillet 1865

 

17 Juillet 1865

 

Le personnadzo: J. A. Carrel Luc Meynet Giordano Mme Favre Abbé Gorret Favre César Carrel Charles Gorret J. J. Maquignaz Whymper

Lo Présentateur


(Quan s'ivre lo gran ridò, J. A. Carrel l'est dza su la chéna devan lo petchoù ridò, que, pe lo moman, reste terrià).

 

Chéna I
J. A. Carrel

 

Carrel (Arbeillà a la moda di guede de si ten, avouë la pipa eun botse) - Bonsouar a tcheut ! Vo sembleré drolo de me vère eun ceutta sala aprë 75 an de ma mor !... Më lo bon Sen Pierre l'a bailla-me condjà eun per de dzor pe vére cenque acapìte i Breuil, dzeusto aprë cent'an de ma premiëre achenchon a la Gran Becca (eun ten). Më, lafey, gneun de vo-s-atre me cognë, et adon dze dèyo fran me presentë: dze si (eun pregnen eun ton eumportan) Jean-Antoine Carrel, lo premië valdoten que l'a fë l'achenchon di Mon Cerveun et le secon aprë l'Anglé Whymper ! (eun ten). Me diàvon lo "Bersaillë", perqué dz'ëro fran eun Bersaillë et dz'ayo fë vouet'an lo soldà, sensa contë la campagne di 1859... Dz'i fë étò la guéra di '49, a veunt'an, et dz'i participà a la bataille de Novara... Touteun, djë-s-an aprë, dze me si vendjà di-s-Otrichen a Solferino (eun ten) Më, a par ceutta guéra, totta mavìa l'est ëtaye euna guéra... Vouè, perqué mina fenna, Marie Rose, l'a fë-me cadò de doze meinà (avouë eun tön badeun)... La fota l'est pa ëtaye totta a 'llië, më, touteun, euna dozeina de meinà son tchëca trop, vo semble-t-i pa? Et, pe mantenì totta mina fameuille, dz'i fë lo maçon, lo carpentië, lo menugë, lo mineur... et, quan dz'i comprei d'avei de böne tsambe, dz'i comenchà d'accompagnë le messieù su la Gran Becca... Vouè, pa fran su la poueunte, më pe tsertsë d'arrevë a gagnë lo Tor... Dz'i comenchà l'an 1857 avouë lo Gran Gorret et l'oncle de mé, Djan Djacque, vioù soldà de Napolion, et dz'i conteneva avouë Whymper, MacDonald, Tyndall, Bennen: de-s-Anglé avouë lo borset ple de monèye d'or... (eun ten) Dz'ëro fran amì de Whymper perqué 'lliù étò l'ayé euna tëta dura... come la mina ! Voulave arrevë le premië su la poueunte di Cerveun... et mé étò! Më, eun bon moman, 'lliù l'a pensà que l'ëre eumpossiblo de fëre l'achenchon di coutë di Breuil et voulave me convencre de l'accompagnë di coutë de Zermatt... Et, a mé, cen plèyave pa pe dou motif: perqué dze crèyavo fusse pi dificìlo passë de ci coutë et perqué, come Valdoten, dze voulavo grempë la Gran Tor eun parten di Breuil et pa de la Chouisse ! Et l'ëron étò d'accor avouë mé l'engegneur Giordano de la Societàye Italienna de Sciance Naturelle et Quintino Sella, Présidan di Club Alpeun Italien... Et parë, eun certen moman dz'i pamë poussù servì dou patron et dz'i du me beuttë i servicho de ci que la pensave come mé a propou di Cerveun (eun ten). Whymper, quan l'est aperçusse de cen, semblave eun lion dedeun 'na gadze ! L'a tsertsà pe totta la Valtornentse d'accapë euna gueda ou eun porteur pe possei fëre l'achenchon, më tcheu se refusavon de lo accompagnë, perqué sayon beun que mé dz'ayo décidà de la fëre avouë de Valdoten et pa avouë de-s-Anglé (eun ten). Lei restave 'ncòra Luc Meynet, lo "Bossù di Breuil", que l'ayé dza accompagnà quatro cou Whymper su la parei di Cerveun... Va lo tsertsë a son mayen et... vo sentade pouë ara cenque se son deut eun çalla occajon (s'en va)

 

Chéna II
Luc, Meynet et Whymper

 

(se ivre lo petchoù ridò et on vei euna meison de montagne avouë to lo necesséro pe fëre la fontina, et Luc Meynet, lo bossù, eun tren de modë lo lacë deun la tsaoudëre)

Meynet (eun senten bouëchë a la pörta) - Qui l'est ?... Entrade !

Whymper (eun entren) - Bonjour, Luc.

Meynet (eun véyen Whymper, l'est pitoù agachà, më tsertse de ëtre quanmëmo grachàou) - Bonjour, monsieur.

Whymper - Je vous dérange, Luc, mais c'est très important.

Meynet - Dites seulement (eun eumpegnen ya di fouà la tsaoudëre). Vous avez besoin de mon aide?... Il vous est arrivé quelque malheur?

Whymper - Oui, vraiment un malheur ! Je suis resté seul, sans guides, sans porteurs...

Meynet - Jean Antoine n'est pas au Breuil?

Whymper - Jean Antoine... Jean Antoine a préféré Giordano à moi !... Il va partir pour le Cervin avec lui... Il m'a laissé seul !...

Meynet - Pas possible !

Whymper - Et pourtant!... (eun ten) Je n'ai que vous maintenant, Luc, avec lequel j'ai fait tant de courses en montagne... Au moins vous ne me trahissez pas, je pense.

Meynet (eun saven pa tan cenque dëre et eun predzen tchëca euntredeut) - Non, non monsieur, je ne vous ai jamais trahi, moi... mais je suis seul au mayen et je ne puis pas quitter mes vaches... Qui va les pâtre? Qui fait le fromage?

Whymper - Mais vous ne pouvez pas vous faire remplacer par quelqu'un?

Meynet - Vous le savez bien, monsieur, que je suis seul... Je suis un pauvre bossu, moi... Personne ne me donne un coup de main, et je dois travailler pour tout le monde, moi...

Whymper - Moi aussi, Luc, je suis seul en ce moment... Tous mes amis m'on abandonné... Je n'ai que vous... Vous êtes la dernière personne à laquelle je viens demander de m'accompagner sur le Cervin... Après quoi, je partirai pour Zermatt en espérant trouver quelq'un là bas...

Meynet - C'est impossible, monsieur, c'est impossible... à cause du travail (eun ten) ... et à cause aussi de tant d'autres choses... (eun ten) J'ai besoin de tout le monde dans mon pays... et de Jean Antoine aussi... Surtout de lui, car, vous le connaissez bien, c'est le "coq" de Valtournenche ! Je ne peux pas me mettre contre lui... Il se vengerait sûrement !... Je n'aurais plus son appui pour le reste de mavie !... J'ai besoin de travailler, moi, vous le savez bien... Non, non, c'est impossible, c'est impossible !...

Whymper (devan, amalechà, et aprë avouë un ton de resignachon) - Je vous comprends, Luc, je comprends votre crainte... Vous ne m'avais jamais trahi, vous ! Ce sera pour une autre fois... Jean Antoine, lui aussi, peut-être, sera avec nous la prochaine fois... Il n'a pas encore mis pied sur le sommet de Cervin !... (eun terrien foura de secotse quaque monèya et eun baillen a Meynet) Tenez, Luc, ce sont pour vos enfants lorsque vous descendrez ò Valtournenche...

Meynet (eun pregnen le sou avou euna certéna dignitaye) - Merci, monsieur, vous n'auriez pas dû...

Whymper - Au revoir, Luc, et que Dieu soit avec vous.

Meynet - Et avec vous aussi. monsieur, si jamais vous tenterez l'ascension... (s'en va eun saluen Meynet avouë la man).
(Mique Meynet continuye a fëre son travail, lo petchoù ridò se cllioù)

 

Chéna III
J. A. Carrel

 

Carrel (eun entren) - Aprë lo refù de Luc, Whymper l'aye quase renonchà de fëre l'achenchon de la Becca, më l'a avù la forteuna de rencontrë i Breuil Loed Douglas et la gueda Peter Taugwalder de Zermatt. Lo premië l'a fë-lei savei que a Zermatt de-s-alpiniste l'attegnavon pe fëre avouë 'lliù l'achenchon di cotë Chouisse. Whymper per pa de ten et traverse lo Col di Téodule avouë Lord Douglas. A Zermatt trouve lo Rév. Hudson, son amì Hadow et la gueda Croz de Chamounì. Son dza eun cinque ! Se rejoueugnon a leur le guede Taugwalder, papa et garçon. Lo 13 Juillet parton tcheut pe l'achenchon di Cerveun (eun ten). Më cenque acapitàve de noutro coutë ? Dou dzoe devan que Whymper fusse partì pe Zermatt, lo 10 Juillet, l'engegneur Giordano ëcriYve de sa tsaambra di petchoù otel di Breuil euna lettra a Quintino Sella... (s'en va)

 

ChénaIV
Giordano

 

(Törne se ivrì lo petchoù ridò et se vei euna tsambretta de l'unique otel di Breuil de adon, avouë euna coutse de fer, euna careya et euna petchouda tabla yàou l'est achatà Giordano eun tren d'ëcrire euna lettra; mique ëcrì, di for cen que l'ëcrit).

Giordano - Cher Quintino, il est temps que je te donne des nouvelles: Je suis arrivé à Valtournenche samedì a midì. J' ai trouvé Carrel, à peine rentré d'une exploration qu'il avait tenté de faire au Mont Cervin. Malheuresement il avait dû revenir sans succès à cause du mauvais temps. Whynper était arrivé deux ou trois jours avant. Comme d'habitude, il demandait à monter là-haut. Il avait retenu Carrel, et celui-ci, n'ayant pas encore reçu mes lettres, avait accepté. Le guide avait cependant demandé à Whymper de lui accorder quelques jours poue réfléchir. Heureusement, le temps changea et Whymper ne put faire sa tentative. Carrel se désengagea et vint avec moi et avec cinq hommes choisis parmis les meilleurs guides de la Vallée. Nous organisâmes sue le champ una expédition pour préparer le terrain.
La niut du 10 au 11 Juillet, les hommes ont pris le départ avec les tentes. J'espère qu'ils seront bien haut à cette heure-ci. Si le temps sera propice, dans deux ou trois jours je saurai sur qui compter... (eun ten) Je suis submergé par les difficultés, les conditions du temps, les frais et ce Whymper. J'ai cherché de faire tout en cachette, mais cet individu, qui ne vit que pour le Cervin, s'est mis en soupçon, et épie tous nos mouvements. Je lui ai enlevé tous les hommes habiles, mais il est tellement entêté à vouloir vaincre ce sommet, qu'il est capable d'y monter avec d'autres gens et de nous faire une surprise. Il est ici dans notre hôtel, mais je cherche de l'éviter. J'espère que tout se passe bien. Pourvu que le Dieu des vents soit favorable !... (cachette la lettra et, eun ivren la pôrta) - Madame Favre!

 

Chéna V
Madame Favre et Giordano

 

M.me Favre (eun entren) - A votre service, monsieur

Giordano - Faites partir ce courrier au plus tôt, je vous en prie. Il est urgent, très urgent (baille la lettra a madama Favre).

M.me Favre - Les muletiers vont partir dans quelques instants pour Valtournenche.

Giordano - Merci madame, dites-leur de ne pas s'arrêter en route en quelques cantines... Je les connais bien ces types !...

M.me Favre - Oui, monsieur, je ferai la commission. A votre service monsieur. (S'en va et, mique chor, veun teup p'eun moman su totta la scéna).

 

Chéna VI
Giordano, euna vouëce

 

(S'alleumon totte le lemiëre).
Euna vouëce - 14 Juillet 1865.

Giordano (l'est eun tren d'aveitsë foura de la fenëtra avouë euna löngayeuva; to pe eun moman, eun crien de joué) Sono in vetta, sono in vetta !... (To conten, eun aveitsen ba de la fenëtra) Favre ! Gorret! Monsieur l''Abbé ! Carrel a vaincu le Cervin ! Ils sont sur le sommet !... Venez voire, montez, montez dans ma chambre !...

 

Chéna VII
Lo mëmo, l'Abbé Gorret, mossiuù et madama Favre

 

Gorret, M. et M.me Favre (Entron a lambo et s'aprotson de Giordano).

Giordano - Je les vois très bien ! Ce sont eux ! La victoire est à nous, à l'Italie, à votre Vallée ! (eumbrache tcheut).

Gorret (eun pregnen de man a Giordano la löngayeuva) - Faites voir, faites voir !... (eun aveitsen de la fenëtra) Je les vois !... Je les vois!... (eun se verrien, baille la löngayeuva a Favre).

Favre (aprë aveitsà eun moman a la fenëtra) - Iouoù! Viva lo rei de Valtournentse ! Viva Carrel ! (eumbrache Giordano, Gorret et sa fenna).

M.me Favre - Te fë pa vère a mé ? (pren di man de l'ommo la löngayeuva; aprë avei aveitsà eun moman foura de la fenëtra) Mé dze vèyo ren!...

Favre - Oh, le femalle vèyon jamë ren ! Vèyon gnenca lo solei i ciel deun 'na dzornaye sensa gnoule !

Gorret - Véyon pràou cenque dèyon vère le femalle !... Approuva (a Favre) de fëre euna caressa a la tsambrëre !...

Tcheut (rion).

M.me Favre - Mossieù l'Abbé...

Favre (a sa fenna) - Va prendre euna boteille a la crotta: fë vito !

 

Chéna VIII
Le mëmo mouen madama Favre

 

Giordano - Je vous remercie tous au nom du Club Alpin Italien pour l'aide que vous m'avez donnée en ces jours pour que l'alpinisme italien triomphe dans le monde !... (eun totsen la man a Gorret e Favre) merci à vous... et à vous !

Favre - Et quan tornon di Cerveun, no fien fëta trei dzor de fila !... Mina crotta l'est a voutra disposichon ! (aprë avei pensà eun moman, a Giordano) Avez-vous compris quelques mots... La crotta... La crotta c'est la cave... Les piémontais aussi disent la crotta... Donc, vous mettez votre cave à notre disposition pour trois jours, si j'ai bien compris. Trei dzor, n'est-ce pas ?

Gorret (eun baillen eun gran cou de man su l'ëpala de Giordano) - Bravo, Giordano, te predze finque patoué, ara !

 

Chéna IX
Le mëmo et madama Favre

 

M.me Favre (eun entren avouë euna boteille et de veiro et eun vouidzen a beire a tcheut) - C'est la plus vieille bouteille de la cave!... Vin de Chambave!...

Tcheut (Pregnon lo veiro).

Giordano (eun leven lo veiro - A' la victoire de Carrel et de ses compagnons!

Gorret - A' la victoire des alpinistes Valdôtains!

Favre - Et viva le guede de Valtornentse !

Gorret - Je payerais mille lires pour savoir où est Whymper en ce moment!... Et si lui aussi les a vus sur le sommet, nos guides !...

Giordano - Quand même, nous devons reconnaître qu'il est un grand alpiniste et que peut-être lui aussi arrivera en ces jours sur le sommet de la Gran Becca.

Favre - Më, cenque conte, l'est d'arrevë lo premië... et lo Bersaillë l'est ëta 'lliù lo premië, ci cou !

Giordano - Et maintenant je vous pris de vouloir me laisser seul quelques minutes, car je dois envoyer un message à Sella... Il doit recevoir au plus tôt l'annonce de notre victoire... (eun ten) On continuera plus tard notre fête.

Gorret - On vous attend à la cave, n'est pas Favre? Nous serons plus à notre aise, là bas...

Favre - On vous attend, Giordano.

M.me Favre - Et moi je vais vous préparer un bon dîner pour ce soir... On doit fêter ensemble la victoire !

Tcheut sof Giordano (s'en van le-s-eun aprë le-s-atre, mique lo lo petchoù ridò se cllioù).

 

Chéna X
Giordano

 

Giordano (mique ëcri la lettra, di for cen que l'ëcri) - Cher Quintino, je t'envoie par exprès une dépêche à Saint Vincent, qui est sept heures de marche d'ici. Pour sûreté, je t'écris encore cette lettre. Aujourd'hui, à deux heures de l'après-midi, avec une bonne lunette d'approche, j'ai vu Carrel et les siens presque sur le sommet du Mont Cervin. D'autre l'on vu comme moi. Le succès ne devrait donc pas manquer et cela malgré le temps horrible que nous avons eu avant hier: le Cervin en a été couvert par un mètre de neige. Viens tout de suite, si cela est possible, ou bien envoie-moi un télégramme depuis depuis Saint Vincent. Si tu ne viens pas, ou si tu ne télégraphe pas demain, je monterai là-haut pour y planter notre drapeau, qui sera le premier. C'est une chose essentielle. Je ferai cependant tout le possible pour t'attendre, afin que tu sois présent à cette cérimonie. Whymper est parti pour tenter sur l'autre versant, mais croi-je, en vain... (cachette la lettra et, eun sorten) Il faut que je trouve quelqu'un qui descende tout de suite à Saint Vincent. Quintino doit savoir avant ce soir que nous avons vaincu le Cervin... (lo petchoù ridò se cllioù).

 

Chéna XI
J. A. Carrel

 

Carrel (i peubleuque) - Lo 14 Juillet de l'an 1865 l'est ëtaye la pi beurta dzornaye de ma vìa !... N'ëtsan su l'"ëpala" di Cerveun -ver dove-s-aoure de la vëprà- quan n'en sentù de cri que veugnavon de la poueunte, et, to de suite aprë, eun vacarmo di djablo ! N'en vu robattë de grousse përe. N'en pensà to de suite que l'ëran le... djablo de la légende que voulavon pa que de-s-ommo arrevussan a leur rouayome... Më pouë n'en comprei que quaqueun, lafey Whymper, l'ëre arrevà su lë devan que no... Adon, n'en pamë avù lo coradzo de contenevë... et n'en reprei lo tsemeun di retor avouë lo coeur conflo (eun ten). Whymper l'ayé gagnà la partìa, më a queun pri ! Quatro di sat ommo de la cordaye son dërotsà eun dessenden de la poueunte, et, aprë eun vàoulo de pi de meulle mètre, son finì su lo 'lliacë de Mon Cerveun (sen va toodzen).

 

Chéna XII
Lo présentateur

 

Lo présentateur (ëntre et 'llië enua padze de la relachon de Whymper su la premiëre achenchon di Cerveun) - Michel Croz avait déposé sa hâche à côté de lui, et pour assuré une sécurité plus complète à Mister Hadow, il s'occupait uniquement de diriger sa marche en plaçant l'un après l'autre les pieds du jeune touriste dans la position qui devaient occuper. Autant que j'ai pu en jujer, personne ne descendait en ce moment. Je ne puis l'affirmer parce que Croz et Hadow m'étaient en partie cachés par un bloc de rocher; je crois cependant en être sûr. Au mouvement des leurs épaules, je jugeais que Croz, après avoir fait ce que je vien de dire, se retournait pour descendre lui-même d'un ou deux pas; à ce moment Mister Hadow glissa, tomba sur Croz et le renversa. J'entendis Croz pousser un cri d'alarme et, presque au même momant, je les vis glisser tous deux avec une rapidité de l'éclair. A' peine le vieux Pierre et moi-même eûme-nous entendu l'exclamation, nous cramponnâme de toutes nos forces au rocher; la corde, subitement tendue, nous imprima une violente secousse. Nous tîmmes bon le plus possible; mais par malheur elle se rompit entre Taugwalder et Lord Francis Douglas, au milieu de la distance qui les séparait. Pendant quelques seconds nous pûmes voir nos infortunés compagnons glisser sur le dos avec une vitesse vertigineuse, les mains étendues pour tâcher de sauver leur vie en se cramponnant à quelque saillie du rocher. Ils disparurent un à un à nos yeux sans avoir reçu la moindre blessure, et roulèrent d'abîme en abîme jusque sur le glacier du Cervin à 1200 mètres en dessous de nous... Nous restâmes immobiles pendant plus d'une demi-heure, osant à peine respirer. Paralysés par la terreur, les deux guides pleuraient comme des enfants et tremblaient tellement que nous étions menacés à chaque instant de partager le sort de nos amis... (s'en va).

 

Chéna XIII
Giordano, euna vouëce

 

Euna vouëce - 15 Juillet

(törne se ivrì lo petchoù ridò et se vei la tsambretta de devan - avouë caque careya eun pi - et Giordano que l'est-eun tren d'ëcrire euna lettra).

Giordano - (eun 'llien for) - Cher Quintino, hier ç'a été une très mauvaise journée. Whymper a fini par l'emporter sur le malheureux Carrel. L'anglais, comme je t'avais dit, après avoir su que Carrel se préparait à attaquer le Cervin, tenta sa chance du côté de Zermatt. Nous pensions tous que l'ascension était impossible sur ce versant. Carrel en était le plus convaincu. Nous nous sentions tranquilles... Je crois que nous aurons une revanche si queuq'un montera tout de suite de notre côté, ce qui, du moins, démontrerait que l'ascension est possible par le versant du Breuil. Carrel croit pouvoir réussir. J'ai cherché d'organiser incontinent une nouvelle expédition. Je n'ai trouvé que Carrel et un autre guide sur qui pouvoir compter. Tu vois quel désespoir... Hier Valtournenche était en fête... On croyait que les nôtres fussent parvenus au sommet. Aujourd'hui nous avons eu la déception. Le pauvre Carrel fait peine, d'autant plus qu'une part du retard est due à sa conviction que Whymper n'aurait jamais réussi du côté de Zermatt (eun senten bouëchë a la pörta, queutte de ëcrire et va ivrì)

 

Chéna XIV
Giordano, C. Carrel, Ch. Gorret, J. J. Maquignaz, J. A. Carrel et Favre

 

Le dou Carrel, Gorret, Maquignaz et Favre (entron eun aprë l'atro eun saluèn)

Giordano (eun moutren la bantse et le carèye) - Prenez place, messieurs, prenez place... (va törna dèrë la tabla sensa s'achattë et, eun s'apresten a predzë, pane le veiro di benëcllio). Vous savez bien, messieurs, tout ce que j'ai fait pour remporter la victoire sur la Gran Becca et pour qu'elle fût à vous, guides de la Valtournenche, et, au lieu, le destin s'est moqué de nous et a favorisé l'exploit de notre plus grand adversaire, Whymper ! (eun ten) Mais, si Whymper a vaincu le Cervin du côté de Zermatt, nous devons démontrer au monde qu'il qu'il existe aussi la voie italienne qui conduit à son sommet, et qu'elle n'est pas plus difficile que celle du côté Suisse (eun ten). Jusqu'à présent j'ai travaillé pour l'honneur de faire l'ascension le premier; le sort m'a été contraire: jai été dévancé, patience! Maintenant, si je fais encore quelque sacrifice, c'est pour vous, pour votre honneur, pour votre intéret ! Voulez-vous repartir pour décider la question?

C. Carrel (avouë eun tön décidà) - Mé dze renoncho !

Ch. Gorret - La poyà l'est eumpossibla de ci coutë !

Maquignaz - Pe mé l'est possibla, më no sen trop lagnà ! No sen dzeusto arrevà de la Becca !...

J. A. Carrel (avouë eun tön amalechà, a Maquignaz) - Té te renonce pe d'atre motif ! T'i pa pi lagnà que mé, que tcheu no-s-atre !

Maquignaz - Mé dz'i jamë renonchà a la Becca, gneunca l'atro dzor !... Se l'ëre maque pe mé !...

J. A. Carrel (euncò pi amalechà et eun se leven dret) - Cenque te vou dëre avouë cen?

Maquignaz - Que l'est pa ëtaye de ma fota se no sen tornà eundèrë !

J. A. Carrel - Et gneunca la mina !

Maquignaz - Predzen d'atro Bersaillë !... Son de bague que no beutteren pouë 'n cllier eun d'atre moman, pa ara !

Giordano (eun euntervegnen avouë énergì) - S'il vous plaît, messieurs, je ne vous ai pas convoqués pour faire le procès à l'ascension des jours passés: nous sommes ici pour nous mettre d'accord pour tenter une dernière fois de monter au Cervin !

Ch. Gorret - Et adon mé dze déclaro pe lo dèrë cou dze renoncho !

C. Carrel - Mé étò, belle se me prometton meulle livre ! (a J. A. Carrel) Quaqueun l'a dza pràou mocasse de no !

J. A. Carrel - Eh bien, monsieur l'ingénieur, moi je suis prêt à partir (à l'abbé Gorret). Et vous, monsieur l'abbé, voulez-vous être avec moi ?

Ch. Gorret - (avouë eun tön moqueur) - Oh, se par 'lliù... adon vitouére !

Abbé Gorret - Eh bien oui ! J'irai moi ! Nous sommes déjà à deux !... Vous autres (i-s-atre) vous renoncez vraiment?

Ch. Gorret - Cen que n'en deut, n'en deut !

Maquignaz - N'en pa de ten a pédre, mossieù l'abbé ! Allade vo avouë lo Bersaillë ! Non n'en pràou de 'lliù et de la Gran Becca !

C. Carrel, Ch. Gorret et Maquignaz (s'en van amalechà, apeina que salùon).

 

Chéna XV
Giordano, Favre et l'abbé Gorret

 

Favre - Attendez- moi une minute. Je descends voir mes deux serviteurs: Jean Baptiste Bich et Jean Antoine Meynet... Je crois pouvoir les convaincre à partir avec vous (s'en va a la pörta pe chotre)

Giordano - Merci, Favre...

Abbé Gorret - Diàde-lei que no sen tcheut de volontéro, ci cou ! Et que no voulen pa ëtre payà de gneun ! No lo fien pe noutra Patrìa, pe la Val d'Outa, pe la Valtornentse !

Favre (s'en va)

 

ChénaXVI
Giordano, J. A. Carrel, abbé Gorret

 

Giordano (eun totsen la man a J. A. Carrel et a l'abbé Gorret - Merci à vous, merci pour l''Italie, merci au nom du Club Alpin (eun ten). Et moi je serai avec vous... si vous le voulez !

J. A. Carrel (aprë eun moman d'ésitachon) - Non, monsieur l'ingénieur, je ne pas vous accepter dans ma cordée... Je ne pas avoir cette responsabilité!... L'ascension est trop difficile, trop incertaine... Laissez-nous partir sans vous. Si on réussirà de vaincre la Becca, je vous accompagnerai moi-même sur son sommet. Mais pas maintenant.

Abbé Gorret (eun s'aprotsen de Giordano et eun lei beutten euna man su l'épala) - Pas maintenant, monsieur l'ingénieur, une autre fois...

Giordano (a Carrel) J'insite, Jean Antoine !...

J. A. Carrel - Et moi aussi j'insiste! Plutôt... j'y renonce ! Je joue ma peau en cette ascension et je ne veux pas jouer aussi celle des autres !

Giordano (avouë eun tön plen de regret) - Vous me signerez une déclaration à ce propos, n'est pas?

J. A. Carrel - Je vous la signerai avant de me mettre en route !

Abbé Gorret (eun prégnen Giordano déso le brë et eun lo terrien d'eun coutë) - Monsieur l'ingénieur, cherchez de le comprendre... il a son caractère à lui... Faites ce sacrifice pour votre idéal, pour votre Patrie! La victoire sera dédiée à vous.

 

Chéna XVII
Le mëmo et Favre

 

Favre (eun entren to conten) - Ils ont accepté de partir avec vous ! Ils seront prêts tout de suite ! (eumbrache J. A. Carrel et l'abbé Gorret, më ouse pa eumbrachë Giordano) Monsieur Giordano, vous n'êtes pas content?

Giordano (eun tsertsen de catsë son depleisì) - Oui, oui Favre... Merci, Favre... Si nous remporterons la victoire ça aura été aussi grâce a vous (i-s-atre dou). Et maintenant ne perdez pas de temps ! Je vous réjoins tout de suite ! (eun totsen la man a Carrel et a Gorret) Merci Jean Antoine... Merci, monsieur l'abbé...

Abbé Gorret (avouë entousiasme) - Pour l'honneur et la vengeance du Pays !

Carrel, Gorret et Favre (s'en van eun saluèn Giordano).

 

Chéna XVIII
Giordano

 

Giordano (va s'achattë a la tabla, trë de secotse eun carnet et 'llië for cen que ëcri) - J'ai fait mille pas, plongé dans la tristesse de cette désillusion... J'attends encore, au pied du Cervin, de pouvoir arriver sur son sommet... C'est pour moi une grande douleur... (cllioù lo carnet, lo beutte eun secotse et s'en va toodzen mique se cllioù lo petchoù ridò).

 

Chéna XIX
Lo présentateur

 

(Devan le petchoù ridò, lo présentateur 'lli la relachon de l'abbé Gorret que cönte la premiëre achenchon di Cerveun).

Présentateur - 17 Juillet 1865. Enfin nous pavinmes au pied de la dernière tête qui surplombe un peu... Un couloir large de quelques mètres, et inaperçu jusque là, nous séparait de l'arête où nous voyons le chemin facile et sans danger. En examinant bien la position, nous voyons qu'ò sept ou huit mètres plus bas on pouvait passer sur l'arête et atteindre le but. "Pendons-nous"... "Oui, mais où?". Nous n'avons pas seulement le temps d'attacher une boucle de fer au roc; nous ne sortirons pas d'ici de jour, et pourtant il n'y a plus que quelques pas! Il n'y a plus que ce seul obstacle ! Conseil tenu, j'étais le plus pésant et lo plus fort; on m'aurait chargé d'or, je n'aurais pas plus me résigner; il s'agissait d'un sacrifice, je le fis.. Plantant mes talons sur l'âbime, lo dos appuyé à la roche, les bras serrés sur la poitrine, je suspends deux de mes compagnons, l'un après l'autre; le troisième veut rester avec moi: j'étais Heureux... Quelques minutes après, mes deux compagnons étaient hors du danger, sur un chemin facile, ils galopaient; mon sacrifice me pesait; à califourchon sur l'arête, je les regardais, je les encourageais, et des talons je piquais le Mont Cervin, come pour le faire marcher, pour lui faire sentir qu'il était dompté: Animal, tu y es !... (s'en va).

 

Chéna XX
Giordano

 

(se ivre lo petchoù ridò).

Giordano (deun sa tsambre que aveitse avouë la löngayeuva foura de la fenëtra; to pe eun moman lance eun cri) - Hanno vinto, hanno vinto ! Favre, Favre !... Je les vois sur le sommet !... Victoire !... Victoire !...

 

Chéna XXI
Giordano et Favre

 

Favre (eun entren a lambo) - La longue-vue, la longue-vue, s'il vous plaît (strappe quase la löngayeuva di man a Giordano et aveitse 'ncò 'lliù a la fanëtra) Je vois... je vois... je vois bien quelque chose là-haut... Oui, c'est le tricolore, c'est le drapeau italien !

Giordano (eun streuppen a son tor la löngayeuva d'eun man a Favre, törne aveitsë foura de la fenëtra) - Je le vois sur le sommet da gauche... Je vois aussi... plus à droite... le drapeau noir de Whymper... (eun se verrien, eumbrachë Favre) Victoire, victoire ! Carrel a gagné !

Favre - Vive Carrel et ses compagnons ! (eun ten) Et viva Giordano ! (a son tor eumbrache Giordano).

Giordano (avouë lo tön de qui regrette caque tsousa) - Non, Favre, Giordano est restë au Breuil... tandis que les autres sont sur le sommet du Cervin... (eun ten) Victoire... victoire pour eux, mais pas pour moi !... (eun se repregnen) Ou plutôt, une grande victoire pour eux et... une petite joie pour moi.

Favre (eun batten euna man su l'ëpala de Giordano) - Giordano, vous aussi vous avez gagné ! C'est l'Italie, c'est la Vallée d'Aoste qui a gagné !

Giordano - Non Favre, ce sont eux qui ont gagné ! (mique veun lo teup et reste renque la lemiëre su lo Cerveun que se vei a la fenëtra prononce le non toodzen et avouë eun tön solennel) Jean Antoine Carrel... Abbé Gorret... Jean Augustin Meynet... Jean Baptiste Bich... (Mique Giordano prenonce le nom, se vei su la chéna, totta teuppa, passë le-s-ombre di guede gropaye avouë euna corda et on sen, todzor pi for, tsantë "Montagnes Valdôtaines").

StampaEmail